CENTRE DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT DE LA GARDE CÔTIÈRE AMÉRICAINE
N° de contrat HSCG32-10-C-R00003

UN RAPPORT DE TEST À OHMSETT LEONARDO, NJ NOVEMBRE 2011
Rapport final
DIVISION OIL STOP DE L’AMERICAN POLLUTION CONTROL CORP

23 janvier 2012

Abstrait

En novembre 2011, la division Oil Stop d’AMPOL a participé aux essais physiques de la phase 2 de son contrat avec le Centre de recherche et de développement de la Garde côtière américaine pour le développement et la mise à l’essai d’un système de récupération d’hydrocarbures submergés à l’installation OHMSETT de Leonardo, dans le New Jersey. L’OSBORS (Oil Stop Bottom Oil Recovery System) a effectué une batterie de tests. Le composant clé de l’OSBORS est la pompe EDDY. Cette pompe puissante peut être fixée à une excavatrice, comme c’était le cas lors de ces essais, ou montée sur un véhicule submersible télécommandé appelé Sub Dredge, et utilisée pour éliminer le pétrole immergé très visqueux du fond d’un lac ou d’un océan.

Le système utilise une caméra haute définition pour trouver, surveiller et enregistrer l’action à la tête de la pompe. Pour les tests OHMSETT, trois types d’huile très visqueuse ont été placés dans des plateaux d’essai immergés au fond du réservoir OHMSETT. Chaque plateau contenait du sable meuble et divers obstacles. Le système a été en mesure d’éliminer efficacement la majorité de l’huile de chaque plateau en quelques minutes. Dans un cas, le système a retiré environ 90 % de l’huile en six minutes de pompage.

En raison de l’aspiration tornadique unique créée par la pompe EDDY, aucune turbidité visible ou huile dispersée n’a été créée près de la pompe pendant les tests. L’analyse des échantillons prélevés a confirmé que l’opération de pompage n’a pas créé de turbidité ni perturbé l’huile dans l’eau. Les matériaux récupérés ont été pompés dans des conteneurs roulants de type séparateur de phase pour commencer la séparation de l’huile, de l’eau et des solides et préparer l’eau récupérée pour le traitement et le rejet in situ ultérieur.

But

Le but des tests était de démontrer la capacité du système à éliminer efficacement l’huile immergée très visqueuse d’une variété de conditions de fond simulées, et à recevoir, manipuler et séparer le volume élevé de matériaux générés par l’opération. Une liste spécifique de tâches devait être exécutée et mesurée conformément au contrat et au plan d’essai.

1.0 Introduction et aperçu

1.1 Description et objet

Il existe un besoin largement reconnu d’une technologie efficace capable d’éliminer l’huile engloutie en suspension au fond des plans d’eau. La Direction de la recherche et du développement de la Garde côtière américaine a attribué un contrat à Oil Stop, une division d’AMPOL, pour développer et raffiner un tel système de récupération du pétrole de fond. Oil Stop a créé le groupe OSBORS, qui dispose d’un ensemble spécialisé d’équipements conçus pour éliminer l’huile engloutie et manipuler les matériaux récupérés. Au cœur d’OSBORS se trouve la drague sub d’EDDY Pump Corporation. Il s’agit d’un véhicule télécommandé équipé d’une pompe EDDY. De l’équipement de soutien supplémentaire a été ajouté pour la collecte, la séparation et l’élimination des matériaux récupérés. Ce système a été transporté à l’installation OHMSETT à Leonardo, dans le New Jersey. Les dates des tests étaient les 17, 18 et 19 novembre 2011. Les conditions météorologiques étaient typiques de l’automne dans cette région. Les conditions météorologiques et les conditions des réservoirs d’essai spécifiques pour chacun des essais sont présentées plus loin dans le présent rapport.

Le plan de test OSBORS était basé sur des concepts de conception tels que requis par le CDR de l’USCG. Le plan de test a été défini en cinq segments conçus pour recueillir des informations sur chacun des concepts de conception ci-dessous.

  1. Identification positive du pétrole lourd sur le fond
  2. L’emplacement de l’huile géo-référencé à moins de 5 mètres
  3. Dispersion minimale de l’huile dans la colonne d’eau lors de l’enlèvement
  4. Observation, données et rétroaction en temps réel
  5. Récupération dans divers types de conditions de fond marin
  6. Fonctionner dans diverses salinités et conditions d’eau
  7. Capable de fonctionner dans l’eau jusqu’à 200 pieds de profondeur
  8. Faible maintenance du système
  9. Facilité d’utilisation / formation minimale des opérateurs requise
  10. Durable et facile à décontaminer
  11. Équipement non affecté par l’huile
  12. Fonctionne dans un courant allant jusqu’à 1,5 nœud
  13. Fonctionne dans des mers allant jusqu’à 5 pieds
  14. Fonctionne jour et nuit
  15. Mise en place dans la journée suivant l’arrivée
  16. Fonctionne avec de l’huile très visqueuse (2 000-100 000 cSt)
  17. Comprend un système de décantation approprié
  18. Comprend la capacité de polir l’eau décantée pour l’éliminer dans le plan d’eau
  19. Le système produit un impact minimal sur les organismes benthiques grâce à la turbidité

(Les points 7, 12 et 13 n’ont pas été abordés dans les tests OHMSETT)

Les cinq segments ont été conçus comme suit :

Test # Concepts de conception de titre

1 Compatibilité avec la détection d’huile 1, 2, 4

2 Élimination de l’huile du fond marin 3, 4, 5, 6, 9, 11, 14, 16

3 Mobilisation 8, 9, 10, 11, 15

4 Maniabilité 5, 9, 14, 19

5 Manutention par le haut 4, 8, 9, 11, 14, 16, 17, 18

2.0 Méthodes et matériaux

2.1 Installation/plateaux et contenu

Pour cet ensemble d’essais, quatre plateaux, de 10 pieds sur 20 pieds par 1 pied de profondeur, ont été placés au fond du réservoir OHMSETT. Une base de sable et des obstacles simulés, sous la forme de parpaings et de piles de dalles, ont créé le « fond marin » pour les tests. Trois types de pétrole lourd ont été placés sur différents types de sable, comme le montre la matrice suivante.

Tableau 1. Caractéristiques des plateaux d’essai

N ° de bac Type d’huile Viscosité cSt Sp Gris Vol. Huile Épaisseur d’huile Type de sable Profondeur du sable
2 Tesoro sans diesel 75,000 1,05 à 21,6 c 400 gal 4″ Maçon 2″
7 Sundex & Barite 175,000 1,09 à 21,6 c 80 gal 4″ Maçon 6″
9 Sundex & Barite 100,000 1,09 à 21,6 c 35 gal 1″ Maçon 3″
10 Tesoro & 2,5% Diesel 80,000 1,07 à 22,5 c 60 gal 1/2 – 6″ Béton 3″-9″

Tableau 2. Conditions physiques

Nombre de Trey Temps Température de l’eau. Température de l’air. Vitesse du vent Direction du vent Salinité Visibilité*
2 Nuageux 51° 40° 5 – 10 mph Sud-ouest 15,9 ppt Bon
7 Nuageux 52° 53° 5 – 10 mph Sud 15,9 ppt Bon
9 Pluie 52° 53° 2 – 3 mph Sud-ouest 15,9 ppt Bon
10 Nuageux 50° 42° 5 – 10 mph Sud-ouest 15,9 ppt Bon

* Visibilité à la caméra et au moniteur vidéo

2.2 Approche technique et composantes

Comme il s’agissait d’une opération de récupération d’hydrocarbures submergés, l’élimination d’un volume élevé d’eau avec l’huile était inévitable et devait être préparée au fonctionnement du système. Étant donné que l’objectif ultime est l’élimination efficace de l’huile, l’efficacité, comme en termes de rapport huile-eau dans le produit récupéré, n’était pas un facteur quantitatif ou qualitatif, comme cela pourrait être le cas avec la récupération du pétrole de surface. Les matériaux récupérés (huile, eau et solides) ont été pompés des plateaux vers l’un des deux réservoirs de collecte. Un total de 120 pieds de tuyau de transfert de la pompe pour ouvrir la décharge dans les réservoirs de collecte a été utilisé. L’un des réservoirs de collecte (25 cu. Yd.) était un séparateur de phase à toit ouvert (réservoir de déshydratation). L’autre était un réservoir fermé de réception de liquide en vrac (30 cu. Yd.).

On s’attendait à ce que la haute énergie de la décharge ouverte dans le réservoir génère une aération forcée des matériaux, et il y avait une réelle possibilité qu’une partie de l’huile se renfloue, au moins temporairement. Pour profiter de cette opportunité, un écumeur Rope Mop a été installé sur un coin du réservoir de collecte à toit ouvert pour éliminer le matériau huileux flottant de la surface du réservoir. Un simple écumeur de surface « bec de canard » était également disponible dans le cas où le système de vadrouille à corde ne pourrait pas gérer l’huile visqueuse.

Le séparateur de phase est équipé d’un insert en treillis en acier inoxydable et d’un fond secondaire. De plus, un tissu filtrant en maille de 200 microns a été fixé à l’intérieur du réservoir. Un système de pompage à décharge d’eau consistait en une pompe à membrane alternative puisant dans le fond secondaire du séparateur de phase et à travers un filtre à manches à double bidon. Deux types de sacs ont été essayés au cours du test: un sac d’élimination des solides de 100 microns et un filtre d’élimination des solides de 100 microns amélioré avec un filet de polypropylène collecteur d’huile. À partir de ce moment, l’eau a été renvoyée dans le réservoir OHMSETT après avoir traversé un autre filtre à manches oléophiles fixé à l’extrémité du tuyau de décharge. Il s’agissait également d’un point d’échantillonnage critique pour démontrer la capacité du système à évacuer de l’eau avec un niveau acceptable de teneur en huile.

Comme il n’était pas pratique d’utiliser le Subdredge télécommandé dans l’OHMSETT, la pompe EDDY était logée dans un cadre personnalisé fixé au bras d’une pelle de construction et fonctionnait hydrauliquement.

Le fonctionnement de la pompe était contrôlé par l’activation de la pédale. Une caméra vidéo numérique était fixée au cadre de la pompe et un moniteur en circuit fermé était installé dans la cabine de l’excavatrice afin que l’opérateur puisse localiser l’huile et surveiller la progression de l’opération de récupération d’huile.

Initialement, une paire de roues était fixée au cadre de la pompe. La pompe était également équipée d’un carénage rocheux rotatif pour dévier les roches plus grosses et les débris de l’entrée de la pompe. Après la première opération de récupération d’huile, ces deux éléments ont été retirés lorsqu’il est devenu évident que les roues maintenaient l’embouchure de la pompe trop loin de la surface, ce qui a amené la pompe à prélever trop d’eau par rapport au volume d’huile retiré. Après avoir retiré le carénage rocheux, un tuyau de 6 pouces de longueur de 4 pouces de diamètre a été ajouté à l’entrée d’aspiration pour permettre un meilleur repérage de l’huile.

Outils de collecte et de mesure d’échantillons

Un échantillonneur de zone avec une poignée télescopique a été utilisé pour prélever des échantillons dans la zone de l’opération de pompage. Des échantillons ont été prélevés pour entrer dans la turbidité de base et de fond et la teneur en huile dans l’eau, avant le début des opérations de pompage. Un échantillonneur (flacon ouvert) a été utilisé pour prélever des échantillons dans les réservoirs de prélèvement et dans le rejet d’eau propre. Des analyseurs de terrain portatifs ont été utilisés pour tester la turbidité et les échantillons de teneur en huile dans l’eau. L’équipement de laboratoire et les données ont également été fournis par OHMSETT pour les données de base. Une liste complète des composants avec de brèves descriptions est fournie à l’annexe B.

2.3 Essais opérationnels.

2.3.1. – Rassemblement et mobilisation

un. L’assemblage consistait à fixer le cadre de la pompe EDDY au bras de la pelle et à installer et connecter la caméra. La caisse d’expédition contenant les composants EPC et la pompe EDDY a été prépositionnée au sol près du réservoir d’essai. Cette opération a nécessité deux travailleurs (tous deux d’EDDY Pump Corporation) et des outils à main normaux, et a été réalisée en moins de deux (2) heures.

b. Les tuyaux de transfert de matériaux ont été connectés et fixés une fois que la pelle était en position sur les plateaux. Les tuyaux étaient équipés de brides et de joints standard à 8 trous. Des sangles à cliquet ont été utilisées pour fixer les tuyaux le long du bras de la pelle et de la balustrade latérale du réservoir d’essai. Cette opération a impliqué quatre travailleurs et a été réalisée en une (1) heure.

c. La mise en place du système de séparation a été effectuée simultanément aux deux opérations ci-dessus. Deux travailleurs ont installé la doublure en tissu filtrant dans le réservoir du séparateur de phase. Un chariot élévateur a été utilisé pour placer l’écumeur de vadrouille à corde au sommet du réservoir de collecte. (Remarque: Cela aurait pu être accompli manuellement en séparant la machine à vadrouille de son carter d’huile.) La pompe de refoulement d’eau était connectée à la décharge du réservoir de collecte et au filtre à solides à double bidon via des tuyaux équipés de raccords Camlock sans outil. Cette opération a duré environ 1,5 heure.

d. Dans l’ensemble, y compris certains ajustements et tests du système, l’ensemble du système était opérationnel dans les 5 heures suivant l’arrivée. Par conséquent, en réponse au point d’essai n° 15, Installations dans les 12 heures suivant l’arrivée, l’OSBORS, en mode excavatrice, satisfaisait clairement à cette exigence.

2.3.2. Élimination de l’huile

La plupart des points clés requis du plan d’essai sont abordés lors de la récupération du pétrole et de la manutention ultérieure des matériaux. Ces points clés seront notés ci-dessous dans le rapport des opérations sur chaque plateau.

Bac 9 – 18 novembre 2011

Le plateau 9 avait trois piles de parpaings placés sur les bords de l’huile. L’huile a été placée dans une rangée assez uniforme en diagonale sur le plateau au sommet d’une couche relativement égale de sable maçonnique de 3 pouces. Les données d’Ohmsett ont rapporté une couche de 1 pouce d’huile de type Sundex (infusée de baryte) et un volume total de 35 gallons. Un échantillon de fond a été prélevé à moins de 1 pied au-dessus du plateau d’essai. L’analyse a indiqué une turbidité de 1,7 UNT et une teneur nulle en huile dans l’eau.

La récupération du bac 9 a commencé à 12h03 et s’est poursuivie jusqu’à environ 12h10, avec un temps écoulé de 7 minutes et une durée de pompage réelle de 5 minutes. La pompe fonctionnait à 1600 tr / min, fournissant un taux de pompage de 800 GPM. C’était la première opération de plateau. La pompe EDDY était équipée des roues sur le boîtier et du carénage rocheux. En raison du débit de pompe à volume élevé et de la hauteur de la tête d’aspiration trop élevée au-dessus de l’huile, un volume élevé d’eau a été transféré et le réservoir de collecte (capacité de 6000 gallons) a été rapidement rempli à un niveau proche du maximum (mesuré 5100 gallons). Un autre résultat a montré que, bien que seul un faible pourcentage de l’huile ait été retiré, l’énergie à l’ouverture de la décharge dans le réservoir de collecte aérait l’huile et elle flottait à la surface. Cependant, la poulie lestée de la machine à vadrouille à corde a été frappée sur le côté par la force de la décharge et la machine à vadrouille n’a pas été engagée.

La déshydratation du réservoir de collecte a commencé. À l’aide d’une pompe utilitaire, le réservoir de collecte a été tiré presque vide en 1 heure. Aucune huile de surface n’a été retirée du réservoir de collecte pour le moment. Un échantillon a été prélevé à la décharge ouverte. La turbidité était élevée parce que le sable de maçonnerie fine était plus petit que ce que les filtres de 100 microns pouvaient attraper. L’huile dans l’eau était inférieure à 10 ppm.

À 13 h 55, l’opération d’enlèvement d’huile a été reprise et s’est poursuivie jusqu’à 14 h 20. L’opérateur de la pompe/excavatrice a engagé la pompe par intermittence tout en planant au-dessus de taches d’huile dans le but de réduire la consommation d’eau. L’opérateur a appris rapidement et a pu retirer presque toute l’huile visible du plateau avant de remplir le réservoir de collecte. Les obstacles n’ont pas entravé le fonctionnement de la pompe ni la visibilité de l’opérateur. Le volume total de matière enlevée était de 3 100 gallons. Encore une fois, comme lors de la première opération de pompage, l’énergie de refoulement a aidé à renflouer l’huile. Les mesures de l’épaisseur du matériau pétrolier à la surface du réservoir de collecte ont indiqué un volume de 55 gallons (volume du réservoir = 101 gallons par pouce). Un échantillon de ce matériau flottant a été écrémé avec l’échantillonneur pour analyse dans le laboratoire OHMSETT. À l’aide d’une centrifugeuse et d’essais de la teneur en sédiments de base et en eau de l’huile, les résultats ont été les suivants :

Eau – 50,6 %
Sédiments – 2,6 %
Huile – 46,8 % (ou 25,75 gallons d’huile)

Bien sûr, ce volume de 55 gallons n’est que l’huile renflouée. Lors de la vidange du séparateur de phase plus tard, une quantité indéterminée d’huile adhérait au tissu filtrant à l’intérieur. L’observation visuelle du plateau d’essai a révélé de petites taches, principalement en gouttelettes dispersées, d’huile sur le plateau. Les observateurs ont convenu d’un commun accord que 90 % de l’huile avait été retirée du plateau.

Données de base (bac 9) :
Temps total d’élimination de l’huile: 32 minutes
Temps total de pompage: 12 minutes
Volume total pompé : 8 200 gallons
Volume moyen : 683,3 gallons par minute
Solides estimés : 500 gallons
Huile récupérée estimée : 31 gallons
Niveau de turbidité (pré-pompage) – 1,7 NTU
Niveau d’huile dans l’eau (pré-pompage) – 0 ppm
Niveau de turbidité (pendant le pompage) – 1,7 NTU
Niveau d’huile dans l’eau (pendant le pompage) – 0 ppm
Volume décanté : 6 590 gallons
Decant Water Huile dans l’eau – 8 PPM

Bac 10 – 18 novembre 2011

Les opérations de récupération d’huile du bac 10 ont commencé vers 15 h 24 et se sont poursuivies par intermittence jusqu’à 15 h 44. Deux tas de dalles étaient situés le long des bords, d’une bande continue d’huile. Les données d’OHMSETT indiquaient qu’il y avait 60 gallons d’huile Tesoro « Decant » mélangée à 2,5% de carburant diesel. L’épaisseur de l’huile variait de 6 pouces à une extrémité et était progressivement amincie à 1/2 pouce à l’extrémité opposée. La pompe devait fonctionner à 1200 tr / min, ce qui fournissait un taux de pompage d’environ 800 GPM. 1200 RPM semble être la vitesse la plus basse à laquelle la pompe fonctionnera efficacement. Le kit de roue et le carénage rocheux étaient toujours fixés au boîtier de la pompe. Ce plateau avait 11 pouces de sable. Nous avions l’intention de faire un bref test de pompe pour savoir si les roues s’enfonceraient dans le sable et permettraient à l’entrée de la pompe de se rapprocher de l’huile.

Les fenêtres d’observation sous-marines sur le côté du réservoir OHMSETT permettaient une bonne vue latérale de la tête d’aspiration de la pompe et de sa position relative par rapport au produit. Comme mis en place avec le kit de roue et le carénage rocheux attaché, l’extrémité d’entrée de la pompe était à 9 pouces « du sol ». Les roues s’enfonçaient dans le sable et la pompe enlevait l’huile, mais il était évident que le système serait plus efficace, du moins dans ces conditions, si les roues et le carénage rocheux étaient enlevés.

La décision a été prise de cesser les opérations pour la journée. Le plan était de retirer les roues et le carénage rocheux et d’ajouter une extension de six pouces à l’entrée de la pompe. Cette extension permettrait un ciblage plus précis de l’huile sans se soucier des supports de roue. L’enregistrement des opérations du bac 10 commencerait officiellement le lendemain.

Bac 10 – 19 novembre 2012

L’enlèvement des roues et du carénage rocheux a été accompli en environ une heure. Un tuyau en acier de quatre pouces de diamètre a été localisé et coupé. OHMSETT a aidé à le souder jusqu’à l’extrémité de l’entrée de la pompe. Le ruban dépouillé a été fixé à l’extrémité de la buse pour fournir un point de référence plus précis à l’opérateur.

Des échantillons de fond pour la turbidité et l’huile dans l’eau ont été prélevés.

La modification de l’extrémité de la pompe s’est avérée être un ajustement des plus bénéfiques. L’opérateur pourrait se concentrer sur le ciblage des taches d’huile et manœuvrer la pompe plus librement sans se soucier des obstacles. Lorsque des obstacles se trouvaient dans la zone, le tube étroit de 4 pouces permettait une élimination plus précise et complète de l’huile. L’opérateur de l’excavatrice a rapidement maîtrisé la technique de ciblage de l’huile. Son expérience dans le dragage des zones sensibles et des sédiments contaminés était applicable aux meilleures techniques d’élimination du pétrole.

L’opération de pompage a duré un total de 14 minutes. La pompe a été arrêtée et démarrée fréquemment alors que l’opérateur s’efforçait de l’enlever efficacement. Au début de l’exploitation, nous avons convenu de faire de notre mieux pour éliminer les 60 gallons d’huile du plateau avant que le réservoir de collecte ne soit rempli. Au moment où le réservoir de collecte était rempli, il ne restait que de petites taches d’huile sur le plateau. L’évaluation visuelle a estimé que plus de 90% de l’huile a été enlevée.

La décharge de l’opération de récupération a été pompée dans un séparateur de phase à toit ouvert. Encore une fois, l’aération de la décharge a permis à une quantité appréciable d’huile de se renflouer à la surface. Une technique d’écrémage du déversoir utilisant une pompe à membrane et une petite extrémité en forme de bec de canard sur le tuyau d’aspiration a été utilisée pour dégager la surface du matériau huileux. Deux fûts de 55 gallons ont été remplis. L’opération de décantation de l’eau a commencé par puiser dans le fond du séparateur de phase. Un échantillon a été prélevé dans la décharge ouverte en aval des filtres à bidons. Cela a ensuite été analysé à l’aide de l’analyseur de teneur en pétrole dans l’eau du champ. Les résultats ont indiqué 8 PPM d’huile dans l’eau.

Lors de la décharge dans le réservoir OHMSETT, il a été noté que le flux de décharge était coloré et contenait évidemment des solides en suspension. Cela s’explique par le fait que la taille en microns du sable dans les plateaux d’essai était inférieure aux filtres de 100 microns dans les bidons. À la demande d’OHMSETT, nous avons cessé de nous déverser dans le réservoir OHMSETT.

Bac 10 – Données de base
Temps total d’élimination de l’huile: 14 minutes
Temps total de pompage: 8-9 minutes
Volume total pompé : 5 200 gallons
Volume moyen : 611 gallons par minute
Solides estimés: 1200 gallons
Huile récupérée estimée : 55 gallons
Niveau de turbidité (pré-pompage) – 1,7 NTU
Niveau d’huile dans l’eau (pré-pompage) – 0 ppm
Niveau de turbidité (pendant le pompage) – 1,7 NTU
Niveau d’huile dans l’eau (pendant le pompage) – 0 ppm
Volume décanté : 900 gallons*
Decant Water Huile dans l’eau – 8 PPM

* La décantation a cessé à la demande d’OHMSETT en raison de la teneur élevée en solides.

Bac 2 – 19 novembre 2011

Le plateau 2 avait une couche de sable de béton de 2 pouces et un tas de roche au centre du plateau. 350 gallons d’huile Tesoro (non coupée avec du diesel) ont été répartis uniformément sur toute la surface du plateau. L’épaisseur de l’huile était de 3,5 à 4 pouces. Ce plateau avait déjà été travaillé par un autre entrepreneur et de l’huile avait été ajoutée à sa surface.

La stratégie pour ce plateau était de maximiser la vitesse de récupération. Nous avons demandé à l’opérateur de faire de longs balayages de la pompe à travers le plateau pour récupérer l’huile le plus rapidement possible. Le vent de 10 mph a provoqué une ondulation à la surface de la piscine et la visibilité était relativement moins bonne d’en haut. Sous la surface, il y avait une bonne visibilité. Le pompage a commencé à 9 h 50 et s’est déroulé par intermittence jusqu’à 10 h 35, avec un temps de pompage réel estimé à 16 minutes pendant 45 minutes de fonctionnement. La décharge de la pompe EDDY a été déviée vers le réservoir de roulis supérieur fermé (Adler). Ce réservoir a une capacité de 8 400 gallons. L’opérateur n’a eu aucun problème à manœuvrer la tête de la pompe autour du tas de roches et à travers le plateau. Près des bords du plateau, il fallait faire preuve de plus de prudence pour éviter tout contact avec les supports de roue. Cependant, l’élimination de l’huile attenante aux parois du plateau a été réalisée.

Le pompage a été arrêté lorsque le réservoir Adler contenait 6 333 gallons de matériau. L’analyse visuelle du plateau a estimé que l’huile avait été retirée de plus de 50% de la surface. Le volume estimé d’huile retirée était de 200 gallons. Le matériel dans le réservoir de collecte a été autorisé à se déposer pendant la pause de midi. Au retour, le réservoir a été jaugeé en bâton et il a été déterminé qu’environ 1260 gallons de solides avaient été déversés dans le réservoir. Ceci est probablement dû à l’objectif de l’opérateur de récupérer rapidement sans tenir compte de la quantité de solides récupérés dans le processus.

L’objectif a été fixé au début de la journée de fonctionner sur deux plateaux d’ici la fin de la journée de travail normale. Bien que toute l’huile aurait pu être retirée du bac 2 avec une plus grande capacité de réservoir de collecte, il a été convenu que nous passions au plateau final qui contenait l’huile la plus lourde. Le réservoir Adler a été décanté dans le séparateur de phase à toit ouvert pour faire de la place pour la prochaine opération de récupération du plateau. 1400 gallons ont été décantés du réservoir Adler dans le séparateur de phase à toit ouvert.

Bac 2 – Données de base
Temps total d’élimination de l’huile: 45 minutes
Temps total de pompage: 16 minutes
Volume total pompé : 6 333 gallons
Volume moyen : 395 gallons par minute
Solides estimés: 1260 gallons
Huile récupérée estimée : 200 gallons
Niveau de turbidité (pré-pompage) – 2,0 NTU
Niveau d’huile dans l’eau (pré-pompage) – 0 ppm
Niveau de turbidité (pendant le pompage) – 4,0 NTU
Niveau d’huile dans l’eau (pendant le pompage) – 0 ppm
Volume décanté : 1400 gallons*
Decant Water Oil-in-water – Non échantillonné

* Décanté directement au réservoir secondaire; pas à la mer

Bac 7 – 19 novembre 2011

Le plateau 7 se composait d’une couche de sable de maçonnerie de 6 pouces sur laquelle une bande d’huile Sundex de deux pieds de large était posée en diagonale de 4 pouces d’épaisseur sur le plateau. OHMSETT a rapporté que 80 gallons d’huile avaient été placés dans le plateau. Deux séries d’obstacles ont été placées sur le bord de l’huile sur des côtés opposés. Une extrémité de ce plateau était très proche des fenêtres d’observation sous-marines du réservoir OHMSETT.

La durée totale de l’opération d’élimination de l’huile était de 23 minutes. Le temps de pompage estimé était de 7 minutes. Le total des matériaux enlevés était de 3 166 gallons. Comme il s’agissait du quatrième plateau travaillé par l’opérateur de la pompe de la pelle, il était évident qu’il acquérait les connaissances et la technique nécessaires pour éliminer efficacement l’huile. Il a habilement démarré et arrêté la pompe pour cibler l’huile et réduire la quantité de solides pris avec l’huile. Il a également utilisé la capacité d’inclinaison et d’articulation du bras de la pelle pour manœuvrer en douceur la tête de pompe le long d’une ligne d’huile bordée par le sable. Les obstacles de blocs de béton n’ont pas entravé la récupération, et le pétrole à moins d’un pouce des blocs a été efficacement enlevé. Essentiellement, 100% de l’huile a été enlevée. Il a également marqué l’opération de récupération la plus efficace, car 80 gallons d’huile ont été retirés, mais seulement 3 166 gallons de matériau total ont été pompés vers le réservoir de collecte.

Comme auparavant, la décantation de l’eau n’a pas été tentée à la demande d’OHMSETT.

Un échantillon de la matière huileuse flottante a été saisi et analysé. Les résultats du test BS&W étaient : 63,5 % d’eau, 3,0 % de solides, 33,5 % d’huile.

Bac 7 – Données de base
Temps total d’élimination de l’huile: 23 minutes
Temps total de pompage: 7 minutes
Volume total pompé : 3 166 gallons
Volume moyen: 452 gallons par minut
Solides estimés : 360 gallons
Huile récupérée estimée : 80 gallons
Niveau de turbidité (pré-pompage) – 2,0 NTU
Niveau d’huile dans l’eau (pré-pompage) – 0 ppm
Niveau de turbidité (pendant le pompage) – 9,0 NTU*
Niveau d’huile dans l’eau (pendant le pompage) – 0 ppm
Volume décanté: 0
Decant Water Oil-in-water – Non échantillonné

* Turbidité considérable libérée par la pompe lorsque la pompe a été arrêtée et le matériau drainé des tuyaux à travers la pompe lorsqu’il a été submergé et pointé vers le bas.

3.0 Discussion des expériences

Ce qui suit est une discussion de l’OSBORS et de chacun des objectifs énoncés dans la section Méthodes et matériaux.

3.1 Exigences du plan d’essai – Réalisations et leçons apprises

Compatibilité avec les systèmes de détection d’huile

La capacité du système de caméra de la pompe à fournir une rétroaction en temps réel en tant que type de rapport vidéo a été testée. La caméra vidéo en circuit fermé sur le nez de la pompe a été activée pour permettre à l’opérateur et aux autres spectateurs de confirmer visuellement l’emplacement du matériau à retirer. La caméra a également aidé l’opérateur à déterminer le taux d’élimination sur une base instantanée, ainsi que l’endroit où la pompe devrait être verticalement et latéralement afin de maximiser l’efficacité d’élimination, c’est-à-dire le plus d’huile avec le moins de solides et d’eau. Les vidéos ont fourni une confirmation visuelle des principaux résultats des tests.

Avant d’approcher chacun des plateaux, nous avons étudié les données fournies par OHMSETT sous forme de diagrammes illustrant la forme et l’emplacement de l’huile sur le plateau. La stratégie a été discutée sur la meilleure approche pour éliminer d’abord les concentrations les plus élevées de pétrole. Si des données similaires étaient fournies par les technologies de détection et d’imagerie du pétrole, la même approche serait faite.

Leçons apprises

  • Deux caméras valent mieux qu’une. L’opérateur a suggéré que si nous avions deux caméras d’aile focalisées sur la zone de pompage, plutôt qu’une directement alignée, il pourrait être plus précis.
  • L’éclairage sera nécessaire pour les opérations réelles. Nous savons que cela se passe. Cependant, la clarté de l’eau dans le réservoir OHMSETT ne nécessitait pas d’éclairage.
  • Le navire de soutien de l’OSBORS, que ce soit en mode Sous-drague ou Pelle, devrait être équipé d’instruments GPS de précision pour cibler l’huile localisée par la technologie de détection.

Élimination de l’huile du fond marin

L’une des priorités des tests était d’extraire l’huile d’une série de plateaux parmi divers types d’obstacles à proximité. Des plateaux ont été disposés au fond du réservoir d’essai OHMSETT. Ces plateaux contenaient différents types d’huile, tous avec des densités spécifiques supérieures à l’eau du réservoir d’essai. Les viscosités variaient de 75 000 à 175 000 centistokes. Les huiles à haute viscosité n’étaient pas un problème pour la pompe EDDY. Comme la pompe EDDY est une pompe de dragage et est conçue pour transférer jusqu’à 80% de solides dans la boue, elle a simplement manipulé l’huile à haute viscosité comme si elle était solide. Le volume d’eau pompé a également aidé au transport de l’huile visqueuse à travers la tuyauterie et les tuyaux.

Comme prévu, un pourcentage important d’eau, par rapport à l’huile et aux solides, a été éliminé. En outre, les réservoirs de collecte utilisés pour ce test étaient essentiellement des modèles réduits de ceux qui seraient utilisés sur le terrain. Les réservoirs plus grands peuvent être facilement adaptés pour gérer de grands volumes d’eau huileuse en écrémant l’huile de surface, en filtrant l’eau et en la décantantant dans le plan d’eau.

Tableau 3. Volume/temps de performance
Plateau Type de produit Durée (min) PumpTime (min) TR / MIN Taux (gpm) Volume (gal) % d’élimination de l’huile
9 Sundex 32 12 1,600 683 8,200 85%
10 Tesoro avec Diesel 14 9 1,200 611 5,200 91%
2 Tesoro 45 16 1,300 395 5,000 60%
7 Sundex 23 7 1,200 360 3,166 98%

Un autre aspect du test consistait à déterminer la quantité de turbidité générée par l’opération. Des échantillons d’eau pour détecter la turbidité ont été prélevés comme décrit ci-dessus. Les résultats ont montré qu’essentiellement aucune turbidité n’était produite par cette action de pompage. Ceci est le résultat du type de sable utilisé et du système de pompage vortex, qui a été spécialement conçu pour ne pas perturber les sédiments de fond à proximité lors du pompage des matériaux.

Il était également nécessaire de déterminer si du pétrole était dispersé dans l’eau environnante. Des échantillons de zone ont été prélevés dans la zone de la tête de pompe pour déterminer si l’opération dispersait de l’huile dans l’eau autour de l’opération. L’analyse de ces échantillons a indiqué qu’aucune huile n’a été dispersée pendant l’opération de pompage. La visibilité était excellente dans le réservoir d’essai, à la fois par le haut et à travers les trous d’orifice près des plateaux d’essai. L’observation visuelle a montré qu’il n’y avait essentiellement pas de redistribution de l’huile dans l’eau environnante pendant le pompage.

La pompe OSBORS a montré qu’elle pouvait fonctionner près de murs verticaux, de pieux rocheux et d’obstacles verticaux tels que des blocs de béton. L’opérateur pouvait manœuvrer le nez de la pompe tout près de ces obstacles. L’appareil photo numérique fonctionnait assez bien.

Les tests effectués étaient dans de l’eau avec une salinité d’environ 15 ppt, ce qui est typique de l’eau de mer à faible salinité. Il n’y a aucune raison pour que le système de pompe ne fonctionne dans aucun type d’eau, de l’eau douce à des conditions super salines (supérieures à 35 ppt), tant que le produit est immergé et repose au sommet du fond de l’océan.

Leçons apprises

  • Une sonde de détection de fond serait utile. Une simple tige de contact qui activerait une lumière ou émettrait un son audible aiderait l’opérateur en fournissant un signal indiquant qu’il peut engager la pompe et le matériau cible. Cela aiderait à réduire le pompage de l’eau libre uniquement.
  • Un clapet anti-retour unidirectionnel doit être installé à un point approprié de la conduite d’écoulement. Lorsque le pompage a cessé et que la pompe est restée suspendue, pointant vers le bas, les matériaux encore dans la conduite d’écoulement s’écoulaient. Cela a créé une turbidité inutile dans la région et pourrait également permettre de libérer de l’huile pompée.

Mobilisation

Tous les composants sont arrivés à l’installation OHMSETT pour le transport commercial ou privé par camion. Un enregistrement de chaque article arrivant et déchargé a été enregistré. Chaque composant a été nommé de manière appropriée dans l’inventaire. Des photos ont été prises pour confirmer la livraison et l’état de chaque article.

L’assemblage du système a été effectué par cinq (5) membres de l’équipe OSBORS avec l’aide occasionnelle du personnel d’OHMSETT. Les informations suivantes ont été enregistrées.

  • Temps de montage, de l’arrivée jusqu’à ce qu’il soit prêt à fonctionner: 5 heures
  • Nombre d’employés requis pour l’assemblage : 5
  • Outils requis : Outils à main standard et outils électriques à piles
  • Équipement auxiliaire requis : Chariot élévateur ou grue (une excavatrice a également été utilisée)
  • Espace global requis. Assemblage : 100 pi carré; Fonctionnement : 750 pi carré
  • Poids total des composants : 76 200 livres (excavatrice = 54 300 lb)

3.1 Démontage et décontamination

Le démontage de l’équipement a été observé par l’équipe et les observateurs de la Garde côtière, mais pas chronométré. Les articles qui nécessitaient une décontamination avant le transport en commun comprenaient; tous les tuyaux, l’ensemble de la pompe et les accessoires du cadre de la pompe tels que les roues. Les principaux éléments qui ne nécessitaient pas de décontamination comprenaient l’excavatrice, y compris les chenilles et l’hydraulique. Le nettoyage de la plupart des composants a été effectué à l’aide de nettoyeurs haute pression sur la dalle de lavage chez OHMSETT. Les réservoirs de collecte ont été pompés et rincés à l’aide de camions à vide sous contrat. Les tuyaux nécessitaient un nettoyage spécial pour éliminer les résidus huileux de l’intérieur. Cela a été effectué hors site par l’entrepreneur en location d’équipement.

Maniabilité

L’opérateur de la pompe commandée par l’excavatrice devait manœuvrer parmi les obstacles pour enlever la quantité fixe d’huile très visqueuse qui se trouvait sur le sable dans les plateaux. Le volume d’huile, d’eau et de solides éliminés au cours d’une période de temps mesurée a été enregistré.

À l’aide d’un guidage visuel, la pompe de l’excavatrice a été positionnée juste au-dessus de l’huile immergée tout en engageant la pompe. La tête d’aspiration a été lentement abaissée jusqu’à ce que l’efficacité maximale d’élimination de l’huile soit atteinte. Cela a été vérifié par le système vidéo numérique. La tête de pompe a ensuite été manœuvrée latéralement parmi les obstacles jusqu’à ce que la quantité maximale d’huile soit retirée, comme l’ont vérifié la caméra vidéo et les observateurs externes qui étaient en communication verbale avec l’opérateur. Les résultats ont montré que le système OSBORS manœuvrait assez bien entre et le long des obstacles.

La pompe a été observée au-dessus du réservoir d’essai et depuis les fenêtres sur le côté du réservoir. Une vidéo numérique a été prise de l’ensemble de l’opération de pompage. Il était intéressant de voir comment la tête de pompe se déplaçait sur les côtés du plateau d’essai et les obstacles placés dans les plateaux. La tête de pompe est assez lourde et peut faire tomber les piles de blocs et de pierres plates. Lors de nettoyages réels, il peut être conseillé d’éviter les objets tels que le corail, mais de suivre des objets plus gros tels que des pierres et des rochers. La pompe peut fonctionner assez près d’objets sensibles, tels que le varech et le benthos, car elle ne perturbe pas la zone à plus de quelques centimètres de la tête.

Comme le système d’excavatrice est un mode de récupération viable, il a été noté que la pelle elle-même n’était pas compliquée à manœuvrer et à utiliser, même dans les quartiers étroits de la route d’accès surélevée du réservoir. Il devait être surélevé d’environ 4 pouces pour que le bouchon dégage les rails de sécurité le long du réservoir d’essai. Cela a été facilement accompli en utilisant des planches d’échafaudage de 2 pouces d’épaisseur.

Ce qui suit a été enregistré pour l’excavatrice/pompe au cours de cette opération :

  • Longueur de portée de l’avant des voies d’entraînement: 28 Ft.
  • Portée verticale: 22 Ft.
  • Amplitude de mouvement latéral (arc de bande) – Tel que déployé: 180 Deg. En théorie: 360 Deg.
  • Contrôle de survol: 1 pouce
  • Angle d’inclinaison: 160 Deg.

Leçons apprises

  • En mode excavatrice, une observation et une planification minutieuses sont nécessaires pour éviter les points de pincement sur le tuyau de décharge.

5. Manutention des matériaux du côté supérieur

Une série d’essais ont été effectués concernant la capacité de l’OSBORS à collecter tous les matériaux pompés de la drague subalterne, à séparer ces matériaux en solides, en huile et en eau, et à manipuler chacun de ces matériaux en ce qui concerne le stockage et l’élimination.

Les matériaux pompés ont été collectés dans un séparateur de phase Baker de 5 100 gallons ou dans un réservoir Adler de 8 400 gallons. Le char Baker était à toit ouvert et l’Adler à toit fermé. Le réservoir Baker a été mesuré conformément à la capacité déclarée par le vendeur de 101,7 gallons par pouce. Le réservoir Adler comprenait une table de cerclage qui aidait à mesurer le volume avec un tuyau et un ruban à mesurer pour déterminer le volume de matériaux dans les réservoirs au moment approprié. L’huile immergée a été transformée par le processus de pompage en une mousse eau-dans-huile qui flottait sur les réservoirs. Cette mousse est difficile à manipuler pour la plupart des types d’écumeurs car elle ne coule pas, même lorsqu’elle est placée sur une surface en pente. Un écumeur Rope Mop a été utilisé pour aider à enlever le produit flottant. Le matériau huileux s’accrochait à la vadrouille de corde, mais les rouleaux de raclette n’étaient pas totalement efficaces pour enlever l’huile de la vadrouille. L’huile épaisse s’accumulerait sur les rouleaux et les rouleaux perdraient la friction pour saisir et propulser la vadrouille. La vadrouille de corde n’était pas totalement inefficace, mais le processus était lent. L’utilisation d’un simple accessoire de tuyau en forme de bec de canard à travers la pompe à membrane s’est avérée plus pratique. Il était évident que tout le pétrole n’avait pas été renfloué. L’eau entre la mousse flottante et le fond du réservoir contenait des particules d’huile en suspension. Cependant, comme l’eau était décantée du fond du séparateur de phase, il semblait que la combinaison du tissu filtrant et des solides accumulés créait une barrière filtrante qui piégeait et empêchait toute huile appréciable de s’entraîner dans l’eau de décantation.

Cette eau de décantation a été pompée dans le réservoir d’essai après l’avoir fait passer à travers un système de filtration de sac à double cartouche. Deux types de sacs filtrants ont été utilisés dans les bidons. Les deux étaient classés filtre de 100 microns. Cette eau a été testée pour la teneur en huile à l’aide d’un échantillon instantané à la décharge ouverte vers le réservoir d’essai.

L’un des principaux objectifs de l’OSBORS a été d’augmenter le système de pompage avec des composants de traitement de la face supérieure qui sont facilement disponibles dans toutes les régions géographiques où le système peut être déployé. Les réservoirs de collecte tels que les boîtes roll-off, les réservoirs de frac et les séparateurs de phase sont proposés par des fournisseurs dans toutes les zones côtières des États-Unis. De même, partout où il y a de l’exploration pétrolière et gazière ou de l’activité pétrochimique dans le monde entier, ces types d’outils peuvent être achetés et loués. La même chose peut être dite pour le système de filtration à double bidon. Le fait que le système ait été en mesure de démontrer la capacité de recevoir les matériaux, de traiter l’eau de décantation et de manipuler les solides, en utilisant de l’équipement loué localement, a été un événement positif des tests.

Leçons apprises

  • Le séparateur de phase est un composant précieux. Dans une opération à grande échelle, il n’a pas une capacité suffisante pour être le réservoir principal et initial de collecte de matériaux. S’il y en avait plusieurs installés côte à côte, ils pourraient être réalisables, mais l’opération de récupération d’huile devrait cesser pendant que les tuyaux de décharge étaient déplacés d’un réservoir plein à un réservoir vide.
  • Les réservoirs Frac pleine grandeur (400-500 Bbl) peuvent être plus appropriés comme réservoir de collecte principal. Les matériaux pourraient être transférés au séparateur de phase pour un traitement intermittent et une préparation pour la décantation de l’eau et l’élimination de l’huile de surface.
  • L’aération créée par la haute énergie de la décharge a aidé à renflouer un pourcentage de l’huile. Un écumeur d’huile de surface et un système de collecte appropriés doivent être un composant permanent du système de traitement de la face supérieure.
  • Les réservoirs à toit ouvert semblent offrir plus de polyvalence que les réservoirs fermés. Cependant, cela peut être un problème dans l’obtention de permis pendant les opérations sur le terrain, en particulier les opérations en milieu aquatique, de sorte que les solutions de rechange aux réservoirs à toit ouvert devraient être examinées et planifiées.
  • Une variété de tailles de filtres devrait être disponible. La plupart des sables de plage sont plus grands que 100 microns, mais les sables utilisés dans ce test étaient évidemment plus petits que le maillage et, par conséquent, les solides n’ont pas été correctement filtrés pour être rejetés.

 

Exigences générales

  • Facile à utiliser et nécessite une formation minimale. Tout opérateur d’excavatrice expérimenté peut rapidement maîtriser les techniques requises pour faire fonctionner la pompe.
  • Durabilité de l’équipement et facilité de décontamination. Il n’y a eu aucun problème mécanique avec l’équipement utilisé dans le système. Tous les composants, à l’exception des tuyaux de transfert, ont été correctement décontaminés à l’aide de nettoyeurs haute pression à eau chaude.
  • Capacité d’opérer jour et nuit. Le fonctionnement de nuit n’a pas été spécifiquement testé, mais il n’y a aucune raison de croire qu’avec un éclairage adéquat, les composants supérieurs ne pourraient pas être utilisés en toute sécurité.
  • Fonctionnement avec un impact minimal sur l’écosystème benthique – En mode excavatrice, le système aura un impact très minimal sur l’écosystème benthique. La plupart du temps, même l’extrémité de l’entrée d’aspiration n’était pas en contact direct avec la surface inférieure. Il est probable que l’épibenthos voisin et une certaine infaune seront aspirés dans la puissante pompe. Ces organismes seront détruits par la puissante pompe. Cependant, par rapport à une opération de dragage conventionnelle avec un godet ou une tête de coupe, l’OSBORS aurait beaucoup moins d’impact.

4.0 Résultats et conclusions

Les tests de récupération ont permis de récupérer jusqu’à 97 % de l’huile de chaque plateau. Un volume d’eau considérable a été récupéré dans tous les cas. Il était évident pour tous les observateurs que tout le volume d’huile aurait pu être retiré de tous les plateaux si la capacité du réservoir de collecte avait été plus grande.

La manipulation des solides par la pompe était extraordinaire. La maniabilité de l’unité dépendait de l’opérateur, mais seule une formation minimale était nécessaire pour qu’un nouvel opérateur soit suffisamment qualifié dans la technique de récupération pour compléter les tests.

La décantation d’huile et d’eau et l’élimination de l’huile libre des réservoirs de stockage n’ont pas été un succès total, mais suffisamment de connaissances ont été acquises pour démontrer la viabilité du système tel qu’il a été conçu pour les tests. Le principal problème observé est que, en raison du volume élevé de matériaux récupérés par la pompe, une opération de décantation plus fluide et continue doit être développée pour permettre un pompage de récupération ininterrompu.

En mode excavatrice, les limites du système, telles qu’elles ont été testées, comprenaient sa portée et la profondeur de l’eau dans laquelle le système pouvait être utilisé. Il existe des excavatrices « à long bâton » qui permettront de fonctionner jusqu’à 50 pieds de profondeur d’eau. Il n’y a aucune raison de douter que le système fonctionnera comme démontré dans les eaux plus profondes. L’empreinte des composants peut être exploitée à partir d’une barge de pont standard ou d’une plate-forme flottante de taille similaire. L’utilisation de la pompe EDDY avec la drague sous-marine télécommandée résoudra la plupart des questions de portée et de profondeur. La drague suborbitale peut fonctionner et pomper de l’huile à partir de 200 pieds de profondeur et peut aller jusqu’à 350 pieds du terminal ombilical.

5.0 Résumé

Les tests à OHMSETT se sont avérés très précieux dans le développement de l’OSBORS. Certains domaines ont dépassé les attentes. Certains aspects répondaient aux incertitudes. Des lacunes ont été relevées, mais pas trop alarmantes. L’USCG-RDC avait établi une liste de concepts de conception à aborder lors des essais. Sur les dix-neuf points de la liste, quinze ont pu être abordés, dans une certaine mesure, lors des tests OHMSETT. On pouvait justifier que certains des éléments avaient une valeur plus critique que d’autres dans l’évaluation globale. Si l’on devait accorder le plus de gravité à la capacité du système à éliminer le pétrole coulé de l’environnement, d’abord et avant tout, alors le consensus serait que le test a été un succès. En fin de compte, les tests ont permis de s’assurer que l’OSBORS est prêt pour le champ et peut être un outil très viable pour récupérer le pétrole du fond marin.

Composants

1. Pompe EDDY

2. Pelle CAT 320DD

3. Tuyaux – tuyau de type camion-citerne de 4 pouces avec raccords de bride ANSI; Tuyau d’aspiration de type camion-citerne de 3 pouces avec raccords Camlock; Tuyau de décharge en PVC de 3 pouces avec raccords Camlock

4. Séparateur de phase Baker – Ces unités utilisent un média filtrant jetable (chiffon filtrant) qui améliore l’efficacité de la déshydratation. La boîte peut être nettoyée sans retirer aucun composant ou panneau de filtre en raison de l’espace entre les écrans de support et les murs / plancher.

5. Adler Roll-Off Bulk Tank – Réservoir Mini-Frac supérieur fermé

6. Baker – Filtre à manches duplex de 3 pouces – Deux boîtiers de filtre indépendants sont montés sur patin et canalisés de telle sorte qu’une unité de filtration est active tandis que l’autre est hors service. Des connexions d’entrée et de sortie sont fournies à chaque extrémité du dérapage. Utilisé pour filtrer une large gamme de fluides de procédé industriels et commerciaux, les rejets d’eau souterraine des chantiers de construction, les eaux pluviales ou le ruissellement urbain.

7. Pompe à membrane Spate 75C – La Spate 75C est une pompe à membrane à haute vitesse, à piston

8. Modèle C-13e Mop skimmer

9. Analyseur d’huile dans l’eau portable 500D de Turner Instruments – Le TD-500DTM est un fluoromètre portatif à deux canaux conçu pour des mesures rapides, faciles et fiables du pétrole brut, du mazout, du mazout, du diesel, de certains condensats de gaz et des hydrocarbures raffinés dans l’eau ou le sol. Lorsqu’il est correctement étalonné avec une méthode de corrélation ou une norme connue, le TD-500DTM peut être utilisé pour mesurer les concentrations d’hydrocarbures d’échantillons d’eau en moins de 4 minutes.

10. Analyseur de turbidité portatif – Turbidimètre 2100Q – Conforme aux critères de conception de la méthode USEPA 180.1.

11. Échantillonneurs et outils de jaugeage

12. Média filtrant

13. Caméra sous-marine haute définition Kronsberg

14. Bassins de confinement secondaires

15. Sacs de déshydratation (non utilisés)

<iframe width="560 » height="315 » src="https://www.youtube.com/embed/DckJWdHHSQY » frameborder="0 » allow="autoplay; encrypted-media » allowfullscreen></iframe>

Appelez pour les ventes ou le support

Si vous avez besoin d’aide pour la sélection de la pompe, les ventes ou l’assistance technique, appelez le 619-258-7020